Utiliser un smartphone comme GPS moto, illusion ou réalité?

De plus en plus de motards utilisent leur smartphone comme GPS moto et même ceux utilisant un GPS dédié ont aussi un téléphone qu’ils vont fixer sur leur moto.
Sur le papier, cela a l’air d’être la solution … en réalité c’est loin d’être si simple!
J’ai essayé pas mal de choses et passé beaucoup de temps avant d’arriver à une solution pleinement fonctionnelle pour mes usages.

Du coup voici mon retour d’expérience sur la question.
Dans les deux cas, que ce soit un GPS dédié ou un smartphone, il y a quatre points importants à prendre en compte.
1. Le hardware
2. Le sofware
3. La fixation à la moto
4. L’alimentation

1. Le hardware
Ce qui m’intéresse ici c’est une solution viable pour un usage intensif aussi bien au quotidien, en balade, en tout terrain et en voyage.
Pour un usage occasionnel n’importe quel smartphone avec un support adapté fera l’affaire, donc pas besoin d’investir ni de se torturer les méninges.

Pour le reste comme le tout terrain et les voyages au long cours, c’est plus compliqué.

Aujourd’hui la gamme des téléphones étanches est très large puisque même les flagship des grandes marques sont IP67 ou IP68.
Pour la solidité, les gammes de téléphones durcis sont de plus en plus nombreuses et sinon il y a la possibilité d’utiliser une coque et une protection d’écran adaptés.

Pour moi, les points délicats sont l’autonomie en mode GPS, la recharge et le fonctionnement à haute température.
Pourquoi?
Parce que la majorité des smartphones ont une autonomie ridicule en mode GPS et, qui plus est, chauffent beaucoup dans ce genre d’utilisation.
Conséquence, dès que l’on roule plus de quelques heures il faut alimenter son téléphone ce qui le fait chauffer encore plus. Et comme pour tout matériel électronique, il y a une sécurité pour éviter la surchauffe ce qui fait qu’à un moment donné le téléphone s’éteint. C’est ce qui m’est déjà arrivé plusieurs fois l’été à des températures de l’ordre de 30 – 35°C, rien d’extraordinaire non plus. Cet effet est encore pire si l’on utilise un étui fermé pour fixer son téléphone sur la moto puisqu’il limite très fortement le refroidissement de ce dernier.

Aussi, au vu de tout cela, le cahier des charges d’un smartphone qui ferait un bon candidat pour un GPS moto est le suivant :
• Etanche
• Durci
• Forte autonomie
• Recharge sans fil
• Double SIM (en voyage pour pouvoir avoir en plus de ma carte SIM française une locale pour Internet)
• Fonctionnant avec des gants
• Ecran fonctionnant sous l’eau (ce n’est pas le cas de tous les téléphone et cela pose problème sous la pluie)
• Ne chauffant pas beaucoup en charge
• Large plage de températures d’utilisation (notamment sous fortes chaleurs)
• Optimisé pour l’utilisation du GPS (certains téléphones surchauffent et vident la batterie en un temps record)

2. Le software
Là c’est avant tout une histoire de goût et de couleur.
Avec un GPS dédié, il faut obligatoirement utiliser l’application et l’interface native. Une seule application pour tous les usages. Cela peut conduire à une usine à gaz, une interface confuse etc. De plus les formats sont propriétaires, les mises à jours souvent payantes ainsi que les nouvelles cartes et leur mises à jour. Pour attirer le chaland, certains proposent des mises à jours à vie … argument purement marketing, car qui garde un appareil électronique à vie? Dans deux ou trois ans il sera obsolète …

Avec un smartphone, on a pléthore de choix, des applications souvent gratuites ou à quelques euros et très régulièrement mises à jour. Sans parler de la personnalisation.
A la lecture de nombreux articles et avis, je vois que souvent les gens cherchent l’application ultime, celle qui fait tout. Comme pour la moto me direz-vous!

Pour moi, l’affaire est close, les applications pour smartphones ont gagné la partie et l’écart va se creuser avec le temps. Il n’y a qu’à regarder le dernier GPS Garmin spécialisé tout terrain, l’Overlander vendu 700€, avec comme nouveauté, la mise en exergue d’une base de POI pour trouver les campings et bivouacs … et de l’appli iOverlander qui est gratuite et déjà dans les smartphones de tous les voyageurs.
Jamais une entreprise comme Garmin TomTom ou autre n’aura la réactivité de toutes les communautés de développeurs et d’utilisateurs réunies. D’ailleurs, le dernier né de chez Garmin le Zumo XT tourne sous Android …

C’est d’autant plus important que ce qui nous intéresse avant tout ce sont les usages et donc les applications. Le meilleur appareil sans application valable ne sert à rien …

Sur son smartphone on a des millions d’applications à disposition ce qui n’est pas le cas des GPS dédiés.

D’ailleurs, la tendance chez les constructeurs moto est d’utiliser les applications de son smartphone pour les afficher sur l’écran TFT de la moto, le tout piloté par les commandes au guidon …

Que reste-t-il aux GPS dédiés?
Ils proposent de se connecter à votre smartphone pour faire quoi? Retransmettre les notifications, de la musique, sms et appels du téléphone!! Ils proposent donc d’acheter très cher un appareil pour faire exactement ce qu’un smartphone fait nativement …
Alors oui, il y aussi les valves avec indicateur de pression … que l’on peut aussi trouver chez des fabricants spécialisés. Est-ce vraiment ce que l’on attend d’un GPS?

Mais pour beaucoup le plus difficile est de changer de paradigme et d’habitudes.

Les usages étant liés aux applications, cela rend d’autant plus important l’utilisation d’un smartphone sur sa moto. Alors on pourra trouver toujours tel ou telle fonctionnalité plus pratique ou performante sur un GPS, ou la luminosité, la présence de boutons physiques etc. Mais l’évolution des smartphones et surtout des applications est tel que l’avantage est clairement en faveur des smartphones, à condition d’avoir un smartphone adapté.

3. La fixation sur la moto
Il y a deux possibilités pour fixer son téléphone sur la moto. Les étuis étanches et les berceaux où le smartphone est à l’air libre. Il vaut mieux dans ce cas là avoir un téléphone étanche.
J’ai essayé de nombreux étuis. Ils ont quatre inconvénients majeurs :
• Compliqués à l’usage, ouvrir et fermer une fermeture éclair ou un bouton poussoir est long et fastidieux quand on doit le répéter plusieurs fois dans la journée d’autant plus avec des gants.
• Le tactile fonctionne moins bien, notamment avec des gants
• Par temps humide, la chaleur dégagée par le smartphone génère de la buée sur l’écran de l’étui et il est difficile de voir l’écran du téléphone.
• Ils limitent le refroidissement du téléphone lors de la charge augmentant le risque de mise hors circuit du téléphone.

De plus, aucun de ceux que j’ai testés n’est prévu pour le tout terrain et quand cela secoue le poids combiné de l’étui et du smartphone fait que la fixation bouge et que le téléphone bascule vers le bas et l’écran n’est plus visible.

Les berceaux :
En fait, le seul que j’ai testé qui ne bouge pas en tout terrain c’est un modèle de chez Ram Mount, le Quick Grip. Ce n’est pas le plus esthétique mais il est vraiment très pratique à utiliser d’une seule main. Je l’ai depuis pratiquement 30 000 km. Juste parfait pour moi

Il est super pratique en toute circonstance et ultra solide. Et comme toujours avec Ram Mont, rien ne bouge même dans les sorties tout terrain avec de la caillasse qui secoue dans tous les sens ou sur la tôle ondulée.
Si d’aventure vous vouliez utiliser le même, faites attention aux côtes de la fiche technique. La longueur max officielle de chez Ram est de 14,6 cm mais mesurée à priori pour la hauteur max officielle de 1,83 cm.

Le X-Grip de chez RAM Mont est très populaire et semble très bien mais je ne l’ai jamais testé et comme il est vendu avec un élastique pour sécuriser le téléphone je me suis dit que dans certains cas le smartphone devait pouvoir glisser voir tomber. Si je dois rajouter encore un élastique, c’est moins pratique et perd un peu de son intérêt. De plus il faut l’utiliser à deux mains et faire attention que les branches n’appuient pas sur les boutons du smartphone. Vu que le Quick Grip rempli parfaitement sa tâche, pourquoi prendre un risque, non? Ok, le X-grip est plus esthétique …Il y a aussi le système Quadlock qui est très populaire mais que je n’ai jamais testé.

Le seul inconvénient que j’ai trouvé au berceau de fixation (quel que soit le modèle), c’est que comme l’écran est directement au contact de la pluie, lors de grosses averses, parfois les grosses gouttes qui tapent l’écran simulent une action des doigts et peuvent lancer de nouvelles applications ou autres. En roulant c’est particulièrement gênant!
La solution que j’ai trouvé est d’installer une application de style Lock Screen qui bloque l’écran. Pour le débloquer il faut taper rapidement trois fois de suite dessus ce que ne peux pas faire la pluie.

4. L’alimentation
C’est un point important pour qui veut rouler au moins quelques heures. La grande majorité des smartphones actuels sont prévus pour tenir une journée avec une utilisation normale. En mode GPS, l’autonomie fond comme neige au soleil très souvent.
Les GPS dédiés, plus gros et plus lourd qu’un smartphone embarquent de très grosses batteries et peuvent souvent tenir la journée. Si l’on peut la changer ou la recharger tous les soirs c’est parfait. Sinon ils proposent un système performant de recharge étanche.

Pour les smartphones, tenir une journée en mode GPS est possible pour certains smartphones, mais cela reste rare. De plus, même si le smartphone a duré la journée en mode GPS, si vous bivouaquez, il faudra bien le recharger.
La solution est donc de l’alimenter directement par la moto.

Pour se faire, il y a deux méthodes.
La première est d’utiliser un chargeur branché sur la prise USB ou allume cigare de la moto puisqu’aujourd’hui beaucoup en sont équipées d’origine. Pour les autres, les équipementiers proposent de nombreux modèles.

Il est légitime de penser qu’un tel système n’est pas étanche en cas de forte pluie.
Pour info, ma prise allume cigare est sur mon tableau de bord derrière la bulle et mon téléphone sur mon guidon non protégé. J’ai fait des dizaines de milliers de kilomètres comme cela sous tout type d’averses et je n’ai jamais eu aucun problème.

L’autre méthode est d’utiliser un chargeur dédié branché directement sur la batterie ce qui limite les accessoires et les manipulations. C’est mon système actuel. J’utilise le modèle de chez Ram Mount (ici) branché sur la prise accessoire (plus après contact) de ma moto. Ma prise allume cigare est donc disponible pour charger ma batterie externe dans ma sacoche de réservoir quand je voyage.
Aucun soucis d’étanchéité même sous très grosses averses.

Le seul problème de ce système, c’est que la prise USB de recharge des smartphones est fragile et qu’avec les vibrations et les chocs en tout terrain j’en ai déjà cassé deux, dont la dernière lors de mon périple en Islande.
Le dernier point négatif est uniquement le côté pratique. A chaque fois que je veux prendre une photo, il faut débrancher le téléphone du chargeur avant de le prendre et ensuite le rebrancher. En voyage c’est quelque chose que l’on fait de nombreuses fois en une journée et ce, jour après jours. Cela devient vite lassant.

D’où l’idée de l’amélioration ultime.
Un support de smartphone alimenté, c’est à dire sans fil à brancher sur le smartphone.

A l’heure actuelle, je ne connais que trois méthodes.

La première consiste à avoir un téléphone disposant de la charge à induction et d’un support proposant ce mode de charge. Ils sont encore rares mais se démocratisent rapidement.

Une autre méthode est d’utiliser les technologie GDS et Intelliskin de RAM Mount. Il existe des supports pour de nombreux téléphones et tablettes.

Certaines marques proposent leur propre support moto alimenté comme le X-Ride de Crosscall.

Et sinon, si aucune de ses solutions vous semblent satisfaisantes, il ne vous reste plus qu’à faire comme moi, construire votre propre support alimenté!

Conclusion
L’usage d’un téléphone comme solution GPS complète capable de concurrencer les GPS dédiés n’est pas si simple. J’y ai passé beaucoup de temps, dépensé beaucoup d’énergie et aussi de l’argent.

La solution de simplicité aurait été d’acheter un GPS moto. C’est peut-être là leur véritable et dernier atout.
Pour un usage occasionnel, trouver une adresse en ville, balade du dimanche etc, n’importe quel smartphone fera l’affaire. Si votre téléphone n’est pas étanche, privilégiez un étui comme support.

Pour un usage avancé et plus contraignants comme le tout terrain et les voyages au long cours le choix du téléphone n’est plus anodin.

Il faut donc choisir un téléphone en conséquence. Or le smartphone est aujourd’hui un des appareils les plus utilisés dans la journée, un objet de mode, passionnel, bien au-delà d’un simple téléphone.
Beaucoup de gens ne sont pas prêt à utiliser au quotidien un téléphone lourd, moche et de surcroit n’étant pas estampillé du nom de célèbres marques high tech. Acheter un second téléphone pour remplacer un GPS peut paraitre incongru, inutile.

A chacun son style de vie, ses usages et besoins, ses choix.

Néanmoins, à avoir deux appareils, un téléphone dernier cri d’une marque à a mode pour le quotidien et un GPS moto, je préfèrerai avoir deux smartphones, celui de mes rêves et un spécialement dédié comme GPS. Aujourd’hui, la très grandes majorités des applications utilisent une sauvegarde sur le cloud et, avec un luncher adapté, (j’utilise Microsoft luncher) toute l’interface, les applications, les personnalisations sont sauvegardées et se réinstallent instantanément sur un nouveau téléphone. Il est donc facile aujourd’hui d’avoir un clone de son téléphone principal. En voyage, le smartphone beau cher et fragile devient le téléphone de secours bien protégé dans une poche.

Je persiste dans cette solution car non seulement ne plus avoir le dernier téléphone à effet wouah n’a strictement rien changé à ma vie, mais aussi parce que cela reste pour moi la solution idéale aussi bien au quotidien qu’en voyage.

J’espère que vous aurez compris qu’en aucun cas je dis que ma solution est la meilleure, je partage juste mon expérience en espérant qu’elle puisse servir à d’autres qui auraient envie de franchir le pas sans pour autant galérer comme je l’ai fait.

Essai longue durée : Crosscall Action X3

Comment construire un support alimenté pour téléphone Crosscall?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.