Off Road

Quitter le bitume peut faire peur.
Pourtant nous avons tous en tête des images des pilotes du Dakar et cela à l’air tellement facile de les voir évoluer de la sorte. Mais voilà, ce sont des professionnels contrairement à nous.

Doit-on devenir un pro du tout terrain pour quitter l’asphalte?

Heureusement que non!
Vous en doutiez?
J’ai passé mon permis moto en Côte d’Ivoire en 1992 et, dans la foulée, j’ai acheté ma première moto près de San Pédro en pleine brousse. Mon premier trajet en moto fut donc sur la piste … avec zéro formation. Donc oui, c’est tout à fait réalisable et je ne suis pas le seul à l’avoir fait, loin de là!!! Et pour ceux qui voyagent en couple, pas de problème, même en duo beaucoup de choses sont faisables!
Et pourtant je ne suis pas un professionnel du tout terrain, je n’ai jamais fait d’enduro ou de cross. Je ne suis qu’un motard voyageur qui a usé ses pneus sur des dizaines de milliers de kilomètres de pistes en tout genre.

Comment est-ce possible?

Tout simplement par ce que l’objectif final est uniquement le voyage. Concrètement, cela signifie que l’on roule sur des voies de communications plus ou moins utilisées, plus ou moins bien entretenues, goudronnées ou non et qu’il faut faire avec. Mais ce sont toutes des routes ou pistes prévues pour cela. Il suffit juste de s’y adapter. Et croyez-moi, parfois il vaut mieux rouler sur une belle gravel road plutôt que sur une route asphaltée truffée de nid de poule qui dans certains cas s’apparentent plus à des nids d’autruches!

Et si je tombe sur un passage infranchissable?

Cela arrivera forcément à un moment ou à un autre. Mais pas de problème là encore. Il suffit de le contourner quitte à rebrousser chemin jusqu’à trouver une route alternative. L’objectif est le voyage et non de devenir le roi du franchissement.

Off road, vous avez dit off road?

Les termes off road ou tout terrain en français regroupent des réalités très différentes. Ces termes sont en général utilisé pour mentionner que l’on roule hors bitume. Cela regroupe donc logiquement le cross et l’enduro sur des motos de 120 kg ou moins. Le seul objectif est alors de réaliser un chrono sur des courses de quelques heures en général où les passages techniques et difficiles s’enchaines les uns après les autres.
La compétition incite les enduristes à rouler en mode « ça passe ou ça casse » et si 9 fois sur 10 cela passe, la dixième fini souvent à l’hôpital.

En voyage, le off road désigne une tout autre réalité.
Les motos sont plus lourdes, très souvent à plus de 200kg du fait des bagages, parfois même en duo. Il ne s’agit pas de chasser le chrono durant quelques heures mais d’arriver à bon port en toute sécurité et ce, jour après jours, des semaines ou des mois durant. Les pistes sont très souvent très praticables et les difficultés techniques sont occasionnelles (voir l’article Quels types de piste trouve-t-on en voyage?).
Il ne s’agit plus de rouler en cherchant la performance comme en enduro, mais de rouler sans se mettre en danger et se fatiguer outre mesure.

Les techniques d’enduro sont intéressantes en road trip car elles permettent d’aborder les difficultés avec plus d’efficacité et de sécurité et moins de stress. Elles permettent aussi de mieux gérer le poids de la moto et donc de moins se fatiguer.
Si les techniques d’enduros sont un plus en road trip, elles ne sont en aucun cas indispensables. J’ai commencé mon apprentissage des techniques d’off road il y a trois ans en roulant avec des amis enduristes … et j’ai découverts les pistes en Afrique il y a trente ans de cela.

Je ne parlerais donc pas d’enduro ici, d’ailleurs, j’en serais bien incapable et ce n’est pas l’objectif. Je voudrais simplement démystifier la conduite en tout terrain et montrer qu’avec un minimum de précautions et quelques conseils de bases il est tout à fait possible de s’affranchir du goudron.

Durant mes voyages, quand je quitte le bitume, j’applique toujours deux règles simples.

Il vaut mieux pécher par excès de prudence que par excès de confiance

Cela signifie qu’au moindre doute, je m’arrête en amont et je vais voir à pied la configuration du terrain, voir par où je vais passer etc. Et tant pis si une fois sur place je réalise que je serais passé sans problème et qu’il était inutile de m’arrêter.
Ce n’est pas du temps perdu, juste de l’énergie économisée. La moindre chute peut être source de blessure pour le pilote ou de casse pour la machine et, même si c’est rarement le cas, le fait de devoir relever la moto, faire le tour vérifier si il y a eu des dégâts est non seulement plus chronophage, mais aussi bien plus fatiguant que de se déplacer pour vérifier le terrain.

Si je ne le sens pas, je ne passe pas

Il faut être réaliste quant à ses capacités à franchir un obstacle avec une moto chargée. Si je ne m’en sens pas capable, premièrement, je me demande si je pense passer sans bagages.
Si oui, alors je décharge, je passe la moto à vide, passe les bagages à pieds et recharge la moto.

Si je ne le sens toujours pas, alors je sors mes cartes et regarde pour chercher une autre option. Cela peut engendrer un nombre conséquent de kilomètres supplémentaires, d’où l’importance de bien gérer son autonomie en essence.

Plus que jamais, ce qui compte en off road est l’adéquation entre les compétences du pilote, le poids de la machine, les pneus et la difficulté de la piste

Gardez cela en tête, c’est la clé de road trip off road réussi.

Quelques précisions d’usages

Comme dit précédemment, je ne suis ni instructeur ni enduriste et je n’ai nullement l’intention d’enseigner ou d’inciter à quoi que ce soit. Je partage juste mon expérience du off road acquise au cours des années lors de mes road trips. J’insiste une fois encore, la pratique du tout terrain reste une pratique à risque et nécessite avant tout un équipement adéquat pour le pilote et pour la moto. Ensuite, chacun est responsable de ses propres choix.

Toutes les photos et vidéos ont été prises lors de mes voyages à l’étranger. La pratique du tout terrain en France est très règlementée. Pour plus d’information, rapprochez-vous du CODEVER


Quelle pression de pneus en off road?

La pression des pneus en off road est un sujet inépuisable!
Quelles règles appliquer dans un voyage au long cours?

Comment désensabler (désembourber) une moto?

Lors de voyage en off-road, il est fréquent de rencontrer des terrains meubles.
Dans ces conditions, poser la moto sur le sabot fini inévitablement par arriver un jour.
Alors comment s’en sortir facilement?

Comment franchir un gué?

Lors d’un road trip, quand le goudron cède la place à la piste, il faudra à un moment ou à un autre traverser une rivière, non pas sur un pont mais par un gué.

Dossier : les bourbiers

Il existe une très grande variété de bourbiers. A partir d’un cas concret j’aborderai l’effet des pneus, des différentes trajectoires et au final, comment je m’y prends pour passer tout en évitant les galères.