Comment choisir les équipements de confort et d’ergonomie?

La principale caractéristique d’un road trip moto est de passer de très nombreuses heures assis sur sa machine. Y être confortablement installé est une nécessité. Ce n’est pas qu’une simple question de confort, mais aussi de sécurité. Quand les douleurs apparaissent notre cerveau va avoir tendance à se focaliser dessus et non plus sur la route. Elles peuvent aussi nuire à la réactivité en cas de problèmes.

C’est quoi une moto confortable?

Chacun aura certainement son propre avis. Pour moi une moto confortable c’est une moto qui me permet de rouler longtemps avec le moins de fatigue possible. Et croyez-moi, quand vous voyagez durant plusieurs mois, une moto facile et peu fatigante est bien plus précieuse qu’une moto super performante!

Le confort en moto n’a rien d’absolu, tout dépend de ce que vous voulez en faire. Cela ne dépend pas uniquement de la moto mais aussi du type de route que vous rencontrerez durant votre voyage. Si vous voulez traverser les USA sur la mythique route 66 ou traverser l’Afrique, quelle moto sera la plus confortable?

Ne faire que de l’autoroute ou ne traverser que des dunes de sables sont des cas extrêmes. En général durant un voyage c’est la diversité des routes qui prédomine. Une moto polyvalente et à l’aise sur des terrains très variés devient donc un véritable atout. C’est là que les trails se montrent le plus efficaces (voir l’article Quelle moto choisir?).

Néanmoins, quelle que soit la moto choisi, les éléments participant au confort sont les mêmes :
• Les suspensions
• La géométrie
• La selle
• La bulle
• Le guidon
• Les repose-pieds
• La position des leviers, sélecteurs de vitesse et pédale de frein
• Certains accessoires

Concernant les suspensions, mes compétences techniques limités sur le sujet ne me permettent pas d’avoir un avis éclairé. C’est pourtant un élément fondamental de la sécurité trop souvent négligé (voir l’article Entretenir ses suspensions)

La partie cycle doit absolument être adaptée à la taille du pilote sous peine de générer des douleurs dans les genoux et dans le dos voire les épaules. Souvent, ce qui préoccupe le pilote, à juste titre, est d’avoir les pieds qui touchent par terre afin de pouvoir retenir la moto à l’arrêt. Mais une position de conduite inadaptés trop en avant sur les bras ou avec des genoux trop pliés sera à la longue très fatigante car trop exclusive à un type de terrain.

Comment régler son guidon?

Le guidon doit être à la bonne distance et à la bonne hauteur par rapport au buste du pilote, c’est à dire tomber naturellement dans les mains. Il doit aussi permettre une position de conduite droite et reposante pour la colonne vertébrale.
Pour un usage exclusivement routier, bien souvent régler l’inclinaison du guidon fera l’affaire. Il suffit pour cela de desserrer un peu les pontets. Dans ce-cas là il faudra certainement régler aussi les leviers.

Dans le cas d’une utilisation tout terrain, rehausser le guidon pour avoir une bonne position debout est quasiment inévitable, surtout si vous êtes grand. Je me suis longtemps refusé à le faire car la position de mon guidon en position assise m’allait parfaitement. J’ai finalement mis des réhausses guidon de 2 cm. Au début, cela a été déstabilisant sur route … pendant dix minutes. Je me suis très rapidement adapté et aujourd’hui je me demande encore pourquoi j’ai attendu si longtemps pour le faire!
Il faut savoir qu’il existe différents types de réhausse guidon. Certains permettent de rapprocher le guidon pour les plus petits.

Comment régler ses leviers?

D’un point de vue ergonomique, pour éviter toute douleur au poignet, les mains doivent être dans le prolongement des bras. Ok, je veux bien puisque ce sont les médecins qui le disent.
Il est facile de régler les leviers de frein et d’embrayage pour avoir la main dans le prolongement du bras si vous ne faites que de la route … ou que du tout terrain debout sur votre moto, mais si vous faites les deux? Comment faire? Vous n’allez pas régler vos leviers à chaque fois que vous vous levez, non?
Vous voulez une astuce magique?
Je n’en ai pas! J’ai donc cherché un compromis. Vu que je passe beaucoup plus de temps assis sur ma moto, je me suis fait un réglage plus orienté route mais pas inconfortable une fois debout. Je m’y suis habitué et maintenant je n’y pense plus.

Pourquoi les repose-pieds sont des éléments de confort?

Parce qu’ils conditionnent la position des pieds par rapport au corps. Ils peuvent être trop en arrière, en avant ou à la perpendiculaire et la jambe sera plus ou moins pliée. Si la jambe est trop pliée ou si les pieds ne sont pas bien positionnés, ce sont les articulations des genoux qui souffrent, surtout à partir d’un certain âge!

Pour ma part, j’ai installé sur ma moto des repose-pieds rabaissés de 2 cm. Cela à tout changé. Je m’en suis réellement rendu compte récemment quand j’ai roulé avec la 800 GS d’un ami qui avait les repose-pieds classiques. Une horreur!
Autre élément important, rabaisser les repose-pieds à été bénéfique pour la position debout en off road. 2 cm plus bas pour les pieds, 2 cm plus haut pour le guidon, c’est juste ce qu’il me fallait pour être bien en position debout sur ma moto.
Et la garde au sol me direz-vous? Un trail est déjà une moto assez haute. Par conséquent je ne racle pas plus ni moins les repo-pieds en virage.

En off road, il faut des repose-pieds larges, très ajourés et crantés. Larges pour que la position debout prolongée ne soit pas un calvaire et ajourés pour qu’ils ne se remplissent pas de boue instantanément ce qui les rends glissants et dangereux. Cranté, justement pour qu’ils ne glissent pas sur la semelle de la botte.

Ne pas oublier de régler la position du sélecteur de vitesse et de la pédale de frein

Avoir une seule moto comme moi pour rouler au quotidien et partir en voyage ou faire du tout terrain n’est pas si évident. Pourquoi? Par ce que tous les jours je roule avec des baskets motos et que mes bottes n’ont pas la même épaisseur de semelle et sont beaucoup plus épaisses. Aussi, ma moto est réglée pour le quotidien et lorsque je pars en voyage ou pour une virée off road, je règle le sélecteur de vitesse et la pédale de frein en conséquence. C’est très vite fait. Cela peut paraitre du détail, mais le confort est à ce prix.

Et les accessoires, on en parle?

Poignées chauffantes
Dans la catégorie des accessoires indispensables au quotidien et en voyage, les poignées chauffantes sont les principales! C’est loin d’être un gadget. Pourquoi? Parce qu’elles permettent de rouler avec des gants plus fins. Or en moto, surtout en tout terrain, une bonne préhension des leviers de freins et d’embrayage est indispensable notamment pour bien gérer le point de patinage. En voyage il est fréquent de traverser des régions montagneuses où le contraste de température entre la vallée et les cols est très importantes. Les poignées chauffantes évitent alors de changer de gants en permanence.

Un aspect méconnu des poignées chauffantes est de permettre de rouler même l’hiver avec des gants non étanches. En effet, ce qui est problématique en soit, ce n’est pas d’avoir les mains mouillées mais d’avoir froid ce qui génère de la crispation dans les doigts. Outre l’inconfort, c’est dangereux.

Mes motos BMW ont toujours eu des poignées chauffantes, mais en seconde monte, la marque Oxford semble faire l’unanimité.

Prise USB
Ensuite, l’autre accessoire indispensable est à mon sens une ou plusieurs prise USB pour recharger le matériel électrique. Aujourd’hui tout le monde voyage avec au moins à minima un téléphone. Mais bien souvent il y a aussi un GPS, une ou plusieurs caméra, un appareil photo.
Tout ce matériel a besoin d’être rechargé. Si vous dormez tous les soirs dans des hébergements en dur, vous aurez accès à une prise pour recharger votre matériel. Et encore, pas forcément en fonction des régions du globe. Mais si vous campez, prendre l’électricité dans un camping a un prix et surtout nécessite une grande rallonge et un adaptateur dans beaucoup de pays. Infaisable en moto. Par contre, à savoir, dans beaucoup de pays notamment en Scandinavie (pour ceux qui voudraient aller au Cap Nord) laisser son téléphone charger dans les sanitaires et parties communes ne présente aucun risque de vol.

La solution est donc de recharger le matériel en roulant. Beaucoup de sacoches de réservoir permettent de faire sortir un câble de recharge. C’est ce que je fais. En roulant je recharge mon smartphone et une batterie annexe que j’utilise le soir pour recharger le reste de mes appareils. Je suis donc 100% autonome en électricité.

Une prise USB ou allume cigare est aussi indispensable pour faire fonctionner un compresseur électrique pour ajuster la pression des pneus ou en cas de crevaison. Dans ce cas là, préférez un branchement direct sur la batterie (via un fusible pour la sécurité) plutôt qu’un branchement après contact. Beaucoup de motos modernes ont une gestion de l’électronique qui limite la puissance de sortie ce qui empêche l’usage d’un compresseur.

Smartphone ou GPS
Concernant les smartphones et GPS, la meilleure position est au-dessus des compteurs, sur le tableau de bord. C’est la position la plus naturelle et sécurisante qui permet de moins quitter la route des yeux lorsque l’on regarde les informations de navigation.

L’idéal serait de n’utiliser qu’un guidage vocal, mais peu de motard le font et j’ai horreur de cela. De plus, avoir son smartphone loin du guidon en complexifie l’usage et donc le limite, ce qui en terme de sécurité est bénéfique. Et bien entendu, à partir d’un certain âge, quand la presbytie commence à vous jouer des tours, éloigner l’écran est une nécessité!

Les plus assidus auront certainement remarqué que mon smartphone est au guidon. Je ne suis pas en train de vous dire faite ce que je vous dit mais pas ce que je fais, c’est juste que pour le mettre au-dessus du tableau de bord c’est très compliqué sur ma moto. Soit il cache le compteur de vitesse soit il faut faire beaucoup de modifications. Ce n’est donc pas la solution idéale mais une solution par défaut.

Pour le reste, rien ne me semble vraiment indispensable. Je n’ai toujours pas trouvé l’intérêt d’une selle chauffante car je n’en n’ai jamais senti le besoin, mais c’est peut-être différent pour vous.

Comment choisir sa selle?

Comment choisir sa bulle?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.